Les psychologues de Kharkiv ont fourni l'aide psychologique d'urgence aux familles des alpinistes morts

Au début de juin, dix alpinistes (dont six citoyens de l'Ukraine) sont allés à la conquête de la montagne Nanga Parbat. Elle est plus de huit mille mètres et se trouve sur le territoire du Cachemire qui est contrôlée par le Pakistan.

Dans la nuit du 22 au 23 juin 2013 les combattants illégals ont attaqué le camp des alpinistes. Les combattants illégals ont tiré dix personnes de différentes expéditions. Malheureusement, parmi les morts étaient trois alpinistes de Kharkiv. Ce sont Ihor Sverhun, Badawi Kashaev et Dmitri Konyaev.

La tragédie a eu lieu dans la région de Gilgit Baltistan. Il a été considéré comme sûr jusqu'à récemment

Dans la nuit du 27 au 28 juin 2013, les proches et les parents des alpinistes morts étaient réunis pour rencontrer l'avion des forces aériennes pakistanaises à l'aéroport de Kharkiv.

Les psychologues du Laboratoire de Psychologie extrême et de Crise Natalia Onіschenko et Yanina Ovsyannikova sont arrivées dans le terminal VIP pour fournir l'aide psychologique d'urgence aux familles des alpinistes morts. C'était le ordres le Service d'Etat des situations d'urgence de l'Ukraine et recteur de de l'Université nationale de la défense civile de l'Ukraine.

Les psychologues du Service d'Etat des situations d'urgence de l'Ukraine à Kharkiv région et les médecins ambulance ont organisé un contact avec les parents et les amis de ces alpinistes tués. La coopération a organisé avec les médias et des représentants de l'administration d'État régionale de Kharkiv.

Hennadiy Kopiyka est président du Club alpin de Kharkiv. Lui et sa femme Svitlana ont fourni des informations utiles sur les familles des alpinistes tués pour le travail des psychologiques.

La plupart du temps il n'y avait pas de réactions mentales aiguës des parents des alpinistes tués qui attendaient l'avion. Les pleurs calme et les signes de l'épuisement émotionnel ont été observés. l'anxiété et l'agitation ont été observés lors de l'arrivée de l'avion du Pakistan.

L'observation des psychologues a constaté que la majorité des familles sont sous l'influence de sédatifs. Cet état mental de personnes ne nécessite pas d'intervention active de psychologues. Elles ont utilisé de la méthode «l'observation participante» pour l'identification rapide des personnes qui ont besoin de l'aide médicale.

Dans le même temps, les chercheurs du laboratoire ont prouvé les proches des victimes qui sont "plus adéquate" dans cette situation. La consultation psychologique a réalisé avec eux à propos du deuil des femmes et des enfants de ces alpinistes tués. Les phases principales et les étapes du deuil et ont été expliqués. Les recommandations psychologiques ont été formulées

Les travaux effectués par des psychologues du Laboratoire de Psychologie extrême et de Crise a permis de prévenir les actions non contrôlées par les proches alpinistes morts.